Chine, Iran, Russie : un nouvel empire mongol ?

livre
« Chine, Iran, Russie : un nouvel empire mongol ? » par Thomas Flichy, Jean-Marie Holtzinger, Jérôme Pâris et Antoine-Louis de Prémonville. Éditions Lavauzelle, 90 pages.

Le concept de « nouvel empire mongol », élaboré par les trois auteurs de ce livre, se veut une allusion à la grande aventure eurasiatique du Moyen-Age et non pas une vision hypothétique de son renouveau. 

Or, la Chine, l’Iran, la Russie se trouvent au cœur de l’équation géopolitique mondiale d’aujourd’hui … avec la Turquie ! Partant d’une approche historique, puis contemporaine, trois auteurs tentent d’en dégager les convergences et les perspectives futures. Nomades, les Mongols du XIIème siècle forment un ensemble de tribus, dont le mode de vie semble incompatible avec la notion de frontière. Pourtant, à la mort de Gengis Khan en 1227, l’empire qu’il a créé s’étend sur toute l’Asie centrale. Ses petits-fils conquièrent l’Iran, l’Irak et la Chine. La « Horde d’Or » déferle ensuite sur la Russie, la Pologne et la Hongrie. Au XIVème siècle, un chef mongol se convertit à l’islam pour se rallier les élites turques. Après une période de déprédations, la Horde d’Or restaure les villes ruinées et construit Kazan et Astrakan. Ouverte sur le monde extérieur, elle accueille missionnaires et marchands de toute la Méditerranée, facilite l’ouverture de comptoirs génois et vénitiens en Crimée et fait de la mer Noire une plaque tournante du commerce international. Aujourd’hui, pour de multiples raisons, la Chine, l’Iran et la Russie ne risquent guère de reconstituer l’empire mongol qui les avait fédérés. Ils encerclent en effet la civilisation turque, qui les rassemblait autrefois. De plus, la Russie et la Chine peinent à contrôler leurs minorités turcophones (Caucase et Xinjiang) et l’Iran voit en la Turquie une puissance régionale rivale. Cependant, une alliance pragmatique entre ces trois puissances inquiète les États-Unis, dont le jeu consiste à les maintenir divisées. En effet, malgré leurs relations tumultueuses antérieures, la Chine et la Russie fondent en 2001, avec le Tadjikistan, l’organisation de coopération de Shanghai, dont l’un des principaux objectifs est de contrer l’influence américaine en Asie centrale. L’Iran y adhère en 2005 et l’Afghanistan en 2012. Cette organisation rassemble 1,5 milliard d’habitants sur 26 Mkm2, où se trouvent 50 % de l’uranium et 40 % du charbon du monde. Dans son cadre, sont menées des manœuvres militaires communes et des échanges dans les domaines de la médecine et des nanotechnologies. La collusion entre la Russie, l’Iran et la Chine, discrète pour des raisons propres à leurs cultures, transparaît au détour de conflits périphériques ouvert (Syrie) et larvé (Corée du Nord). Formant une véritable communauté d’intérêts, ils diffusent sur internet une vision du monde différente des stéréotypes occidentaux. Toutefois, ils connaissent une faiblesse structurelle due à la démographie : baisse de la natalité et hausse de la mortalité en Russie ; limitation des naissances en Chine entraînant un vieillissement de la population, qui menace la croissance économique à terme ; chute du taux de fécondité des femmes en Iran. En outre, ces trois puissances continentales souffrent d’un déficit naval. La Marine russe est concentrée sur le Sud (mer Caspienne et mer Noire), où se trouvent de considérables ressources alimentaires et énergétiques. L’Iran hésite entre les puissances maritime et nucléaire. Enfin, la Chine a longtemps tourné le dos à l’océan.

Loïc Salmon

site réalisé par triibu