Les décorations

LES CITATIONS

 

Les croix de guerre et de la valeur militaire sont les témoignages visibles de « citations ».

Les citations sont décernées « à l’ordre » de l’armée (palme), du corps d’armée (étoile de vermeil), de la division (étoile d’argent) et de la brigade ou du régiment (étoile de bronze). Toutes les citations se terminent par la formule : « cette citation donne droit au port de la croix de guerre (ou la croix de la valeur militaire) avec palme (ou étoile) ».

Seules les citations à l’ordre de l’armée, donc avec « palme », sont publiées au Journal Officiel. Les autres sont inscrites sur les « journaux de marche » des unités militaires correspondant au rang de la citation : corps d’armée, division, brigade et régiment ou de leurs équivalents dans l’armée de l’Air et la Marine.

Une même personne peut mériter d’être « citée » plusieurs fois. Cela se traduit par autant de palmes ou d’étoiles accrochées « en plus » sur le ruban de la croix de guerre ou de la valeur militaire, qu’elle a le droit de porter depuis sa première citation.

 

HISTORIQUE DES DÉCORATIONS

 

L’avers des trois croix de guerre est identique, mais leurs revers sont différents. Celui de la croix de la valeur militaire ne comporte pas de glaives

 

  • Croix de guerre 1914-1918

Ruban vert avec liserés et bandes rouges
Revers de la médaille : 1914-1915, 1914-1916, 1914-1917, 1914-1918

Instituée par la loi du 8 avril 1915 pour commémorer les citations individuelles depuis le début des hostilités en 1914, la croix de guerre 1914-1918 n’est plus attribuée à des personnes, françaises ou étrangères, après 1918.

A partir de 1917, des citations collectives ont été décernées à des unités militaires et des collectivités civiles. Ainsi, 762 formations militaires (Terre, Air, Mer) et 2.951 communes de 18 départements ont reçu la croix de guerre 1914-1918. Celle-ci figure parfois sur les drapeaux, armoiries et monuments aux morts.

 

 

 

  • Croix de guerre des théâtres d’opérations extérieures (TOE)
 

Ruban formé de trois bandes verticales : une bande centrale bleu clair et deux bandes rouges

Revers de la médaille : TOE

Instituée par la loi du 30 avril 1921, la croix de guerre TOE est « destinée à commémorer les citations individuelles obtenues aux divers échelons des armées de Terre et de Mer, au cours d’opérations exécutées depuis le 11 novembre 1918 ou qui auraient lieu dans l’avenir, pour services de guerre caractérisé, directement liés à l’expédition ». En outre depuis cette date, plus de 140 formations militaires des trois armées ont reçu la croix de guerre des TOE.

 

Le décret presidentiel n° 2012-679 du 7 mai 2012 modifie la loi du 30 avril 1921 instituant une croix de Guerre spéciale au titre des théâtres d'opérations extérieurs (Journal officiel du 8 mai 2012). 

 

  • Croix de Guerre 1939-1945

 

 

Ruban rouge à raies vertes

Revers de la médaille : 1939, 1939-1940, 1943, 1939-1945

Instituée par le décret-loi du 26 septembre 1939 pour récompenser des citations individuelles, elle a été attribuée également à 161 unités militaires et 1.585 villes et communes de 86 départements. Parmi ces dernières, 209 avaient déjà été décorées de la croix de guerre 1914-1918.

 

  • Croix de la valeur militaire

 

 

Ruban rouge avec liserés et bande blanche en son centre

Le décret du 11 avril 1956 institue une « médaille dite de la valeur militaire », destinée à récompenser les militaires ayant accompli des actions d’éclat en cours ou à l’occasion d’opérations de sécurité ou de maintien de l’ordre. Le décret du 12 octobre 1956 remplace la « médaille » par une « croix ». La croix de la valeur militaire peut être attribuée au cours d’une opération extérieure, où l’état de « guerre » n’est pas reconnu officiellement.

 

Le décret du 9 novembre 2011 précise que la croix de la valeur militaire peut être attribuée aux personnels civils et militaires étrangers ainsi qu'aux unités françaises et étrangères.

 

  • Médaille de la Gendarmerie nationale

 

Créé, par le décret N° 49-1219 du 5 septembre 1949, modifié en 1950 et 2004,  la médaille de la Gendarmerie nationale, est destinée à récompenser les officiers, sous-officiers et militaires du rang de la Gendarmerie nationale qui se sont distingués par une action d'éclat ayant nécessité des qualités particulières de courage et d'abnégation, accomplie à l'occasion du service ou du maintien de l'ordre. Une citation rappelle, avec précision, le comportement du bénéficiaire à l'occasion des faits ayant motivé l'attribution de la décoration. La médaille de la gendarmerie nationale est décernée par le ministre de la Défense, sur proposition du directeur général de la Gendarmerie nationale, ou par le directeur général par délégation. La médaille de la Gendarmerie nationale est, suivant la qualité de l'action à récompenser, accompagnée d'une citation à l'ordre : de la gendarmerie avec palme de bronze ; du corps d'armée avec étoile de vermeil ; de la division avec étoile d'argent ; de la brigade ou du régiment avec étoile de bronze. La médaille de la Gendarmerie prend rang immédiatement après la croix de la Valeur militaire. Elle peut être attribuée à titre posthume. Elle peut être exceptionnellement attribuée sans citation :

- aux militaires de la Gendarmerie, pour leurs activités ou travaux remarquables ayant conduit à donner une impulsion décisive au service général de l'arme ;

- aux personnalités étrangères à l'arme ayant rendu à cette dernière des services importants ou qui, par leur aide particulièrement méritoire à l'occasion de ses missions, ont acquis des titres à sa reconnaissance.

 

  • Médaille d'or de la Défense nationale
  

Par décret N° 82-358 du 21 avril 1982, modifié, il est créé une « médaille de la Défense nationale » destinée à récompenser les services particulièrement honorables rendus par les militaires d'active et de la réserve opérationnelle à l'occasion de leur participation aux activités opérationnelles ou de préparation opérationnelle des armées. La médaille comporte trois échelons (bronze, argent et or) avec des agrafes portant des inscriptions définies par le ministre de la Défense.

Depuis 2004, la médaille d'or de la Défense nationale permet d'afficher sur son ruban sans agrafe, à l'aide d'une palme ou d'une étoile, une citation sans croix individuelle attribuée aux personnels militaires d'active et de la réserve, qui se sont distingués à l'occasion d'une action comportant un risque aggravé. Cette récompense est délivrée par le ministre de la Défense ou par les autorités en ayant reçu délégation par arrêté.

« La citation sans croix » est matérialisée sur le ruban de la médaille d'OR de la défense nationale par : une palme de bronze (armée) ; une étoile de vermeil (corps d'armée) ; une étoile d'argent (division) ; une étoile de bronze (brigade ou régiment). La médaille d'or de la Défense nationale accompagnant la « citation sans croix » se juxtapose à la médaille de la Défense nationale, échelons « bronze », « argent » ou « or », et la précède dans le rang de préséance.

site réalisé par triibu